"Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience",    R. Char

--- PRESENTATION ---

ECRIVAINS

2010-11 NORMAL

2009-10 DON ECHANGE

2008-09 LE GENRE

2007-08 LA VILLE

2006-07 LE POLITIQUE
+ 0. PRESENTATION
+ 1. Philosophie et politique
+ 2. Architecture & politique
+ 3. Sociologie & politique
+ 4. Théâtre & politique
+ 5. Entreprise et politique
+ 6. Psychanalyse (intro.)
+ 7. Psychanalyse politique
+ 8. Histoire et politique
+ 9. Economie et politique
+ I0. Art et politique

Brèves (archives)

Recherche





0. PRESENTATION|A lire sur le thème - Dans les Revues

Genres & Générations

Dans les Revues

[articles et liens plus bas]

 

 

42. Familles : nouvelles réalités, nouveaux regards, dossier coordonné par Nicolas Duvoux et Florian Mayneris, sur La vie des idées,

41. La filiation saisie par la biomédecine, Revue Esprit, mai 2009

40. Contre l’anonymat des dons d’engendrement, Irène Théry, Vidéo-entretien avec Nicolas Duvoux, mai 2009, sur La vie des idées

39. Sport et homosexualités, Philippe Liotard (dir.), revue Quasimodo, 2008

38. Désir Hocquenghem, revue Chimères, avril 2009

37. Le genre à la frontière entre policy et politics, Revue Française de Science Politique, avril 2009

36. Femmes et capitalisme, Marche Mondiale des femmes, mars 2009

35. Littérature queer, revue Hétérographe, n° 1, avril 2009

34. Égalité et diversité, Revue Travail, genre et sociétés, n° 21, avril 2009

33. Frères et sœurs. Ethnographie d'un lien de parenté, revue Médiévales, 54, 2008

32. La jupe en révolution, Christine Bard, La vies des idées, avril 2009

31. Société des seniors ou guerre des générations ?, Serge Guérin sur L’@mateur d’idées, 12 décembre 2008.

30. Filles et garçons dans le système éducatif français, Jean-Louis Auduc, cafepedagogique.net

29. Femmes exilées politiques, Sextant, n° 26, 2009

28. Réfugié(e)s, Le Mouvement social, n° 225, 2008.

27. Paroles et voix de femmes, sur le site Africultures, 8 mars 2009

26. Causette, nouveau féminin, en kiosque et sur le net, 7 mars 2009

25. « Chine : vers un nouvel enlèvement des Sabines ? », G.-F. Dumont, revue Géostratégiques, n° 17, septembre 2007

24. « Figures du féminin dans les industries culturelles contemporaines », revue Nouvelles Questions Féministes 28/1, 2009

23. Masculin-féminin, revue Connexions, n°90, 2009

22. Féminisme(s) en Afrique, revue Africultures, 2009, n° 74

21. Prostitution, métier impossible ?, revue Vacarme, hiver 2009

20. Renouveau des études sur les femmes dans l’histoire littéraire, Éliane Viennot, sur fabula.org

19. Bandes de jeunes et « embrouilles », Marwan Mohammed, CASDIP, janvier 2009

18. La prostitution des mineurs, Revue d’histoire de l’enfance "irrégulière", n°10, 2008

17. Les médiévistes et l’histoire du genre en Europe, Genre & Histoire, n°3, 2008

16. « Frida Kahlo, La chair ouverte », Julie Crenn, Genre & Histoire, n°2, 2008

15. Le corps présidentiable, Raisons politiques, 31, 2008

14. Féminisme et multiculturalisme, Les Cahiers marxistes, octobre-novembre 2008

13. Le vagin industriel, de Sheila Jeffreys, commentaire de Richard Polin, sur Sisyphie.org

12. Voyageuses, revue Clio, n° 28, 2008

11. La différence des sexes : enjeux et débats contemporains, dossier, Revue Sens public

10. Trans ‘ftm. Les fleurs du mâle, Cahiers du genre, 2008

9. Les nouveaux abolitionnistes. S’attaquer au trafic mondial du sexe, Melissa Farley, 2009

8. À Versailles, le frère très gay de Louis XIV, Bernard Hasquenoph, 2009

7. Représentations sexuées dans les manuels scolaires, Carole Brugeilles

6. Écologie et féminisme, Ecorev, Revue critique d’écologie politique

5. Délinquance des mineurs, Laurent Mucchielli.

4. Extension mondiale du féminisme, Sonia Dayan-Herzbrun

3. Les femmes à La Salpêtrière sous l’Ancien Régime, Jean-Pierre Carrez

2. Les femmes et les médias, Michèle reiser, L’Observatoire des inégalités, 2008

1. Les femmes et le temps, Mona Chollet, Périphéries.net, 2008

 

 

42. Familles : nouvelles réalités, nouveaux regards, dossier coordonné par Nicolas Duvoux et Florian Mayneris, sur La vie des idées

La famille a changé. Quelles sont les implications socio-économiques de ses transformations ? Ce dossier explore les nouvelles contraintes économiques, politiques, juridiques et symboliques qui pèsent sur les familles aujourd’hui.

Au sommaire :

Salaires, régime d’imposition et répartition des tâches domestiques, par Elena Stancanelli

Travail des femmes et « marché du mariage » aux USA, par Shoshana Grossbard

Ethnographie de la parenté. Entretien vidéo avec Florence Weber

Les usages du pacs, par Marion Leturcq

Le déclin du mariage, un problème social ?, par Julien Damon.

La famille n’a pas de prix, par Jeanne Lazarus, à propos des travaux de Viviana Zelizer, sociologue économique américaine

 

 

41. La filiation saisie par la biomédecine, Revue Esprit, mai 2009

Introduction. Procréations assistées, secret, accès aux origines, Irène Théryet Agnès Noizet

Lire l’introduction et le sommaire

 

40. « L’origine interdite. Contre l’anonymat des dons d’engendrement », Irène Théry, vidéo-entretien avec Nicolas Duvoux, mai 2009, sur La vie des idées.

Irène Théry met en cause la violence légale dans les pays où, comme en France, la loi prescrit l’anonymat des dons d’engendrement. Elle observe le décalage entre une réalité complexe et la définition d’un acte créateur délégué au seul médecin. Elle plaide pour que la société prenne ses distances avec le modèle normatif de la famille nucléaire.

Vidéo

 

39. « Sport et homosexualités », Philippe Liotard (dir.), Montpellier, revue Quasimodo, 2008, 172 pages, 10 euros

Sommaire et introduction à lire.

 

38. « Désir Hocquenghem », revue Chimères, n° 69, avril 2009, 448 pages, 15 €

Site de la revue

 

37. « Le genre à la frontière entre policy et politics », Revue Française de Science Politique, vol. 59, n° 2, avril 2009, Jane Jenson et Éléonore Lépinard (dir.)

Penser le genre en science politique. Vers une typologie des usages du concept

Le genre constitue désormais un des concepts couramment utilisés pour l’analyse des politiques publiques. Cependant, la richesse croissante de ce corpus de recherches, et la variété des approches mobilisées invite à prendre un recul, historique et analytique, pour tenter de discerner d’éventuelles différences dans la façon dont le concept de genre est utilisé dans ces travaux, en France et ailleurs. L’introduction du concept de genre est venue depuis les années quatre-vingt compliquer l’opposition princeps entre recherches « sur les femmes » et recherches féministes qui avait préalablement structuré ce champ de recherche. Toutefois, le concept de genre est susceptible de différentes définitions et joue dans ces travaux des rôles analytiques différents.

Sommaire et résumé

 

36. « Un point de vue féministe sur la crise financière : une autre économie pour un autre monde », Marche Mondiale des femmes, vol. 12, n° 1, mars 2009

La Marche Mondiale des Femmes (Lettre aux dirigeants du FMI et de la BM : 2000 bonnes raisons de changer de cap, octobre 2000), rejoignant les critiques féministes de la mondialisation, s’était employée à analyser comment ce processus était certes le résultat du système économique dominant – le capitalisme néolibéral – mais aussi comment il n’affectait pas les femmes de la même manière que les hommes (Wichterich, 1999). Et de démontrer les effets paradoxaux de la mondialisation : plus grande participation des femmes au marché de l’emploi mais augmentation des écarts entre une minorité de femmes dites « gagnantes » et une majorité de femmes « perdantes » (L’économie en question du point de vue des femmes, 2004). Et de démontrer comment les femmes sont de plus en plus cantonnées dans le travail précaire, atypique, flexible, à domicile, informel ; comment elles deviennent partout des « femmes de services », comment elles sont confinées dans des ghettos d’emplois et des secteurs traditionnellement féminins et sous-payés, comment leurs conditions de travail et de salaire n’ont pas encore atteint celles des hommes. La crise économique actuelle ne fera qu’aggraver cette situation. La suite …/… sur le site MarcheMondiale.org

 

35. « La bonne littérature est queer », revue Hétérographe, Suisse, Éditions d’en bas, n° 1, Printemps 2009

Site web. Pierre Lepori est le directeur, silvia Ricci-Lempen la présidente.

Présentation d’Anne Pitteloud, 25/04/2009, Le Courrier

Le premier numéro d'Hétérographe fait dialoguer textes de création inédits, entretiens et essais pour décloisonner les identités sexuelles et questionner les genres. Stimulant.

Chez l'hippocampe, c'est le mâle qui porte les œufs dans sa poche ventrale : l'animal orne la couverture du premier numéro d'Hétérographe, revue suisse bisannuelle « des homolittératures ou pas ». Étranger intitulé et séduisant logo, qui sont tout un programme : Hétérographe se veut « un espace mouvant et ouvert, qui milite pour un décloisonnement des identités, se situant clairement du côté du queer, du questionnement des orientations sexuelles ou des genres, ce qui est déjà en soi le propre de la littérature », peut-on lire sur son site internet. La suite …/…

 

34. « Égalité et diversité », revue Travail, genre et sociétés, n° 21, avril 2009. Dossier coordonné par Jacqueline Laufer et Rachel Silvera

Les liens entre égalité et diversité sont complexes. Le propos de ce dossier est ambitieux et modeste à la fois ; modeste car on ne peut en effet prétendre ici rendre compte de l’ensemble des débats publics, des enjeux théoriques, des confrontations pluridisciplinaires (philosophique, juridique, statistique, économique, gestionnaire...) qu’implique le développement des enjeux de la diversité. De surcroît, les champs que recouvre cette thématique sont multiples : le genre bien sûr, l’origine ethnique, l’orientation sexuelle, l’âge... ; ambitieux cependant car, si nous n’abordons pas toutes ces dimensions, la question qui traverse ce dossier est de savoir comment les multiples facettes de l’égalité et de la diversité se conjuguent. La suite …/…

Sommaire et présentation

 

33. « Frères et sœurs. Ethnographie d'un lien de parenté », revue Médiévales, 54, 2008

Sommaire et résumés

 

32. « La jupe en révolution. Éléments pour une histoire immédiate de la “Journée de la jupe” », Christine Bard, La vies des idées, avril 2009

Le kilt excepté, la jupe signale la femme : tête de linotte, aguicheuse ou « féminine », celle qui la porte appartient bel et bien à un genre dominé. L’historienne Christine Bard analyse l’institution d’une « Journée de la jupe », qui viserait à relégitimer le port de ce vêtement. Une nouvelle libération, après la libération du pantalon pour femmes ? Lire la suite …/…

 

31. Société des seniors ou guerre des générations ?, Serge Guérin sur L’@mateur d’idées, 12 décembre 2008.

La thématique de la guerre des générations est porteuse. Le discours repose principalement l’association senior et privilège. Il navigue entre « corporatisme générationnel » et racisme anti-âge. Cette posture se fonde surtout sur une vision qui privilégie l’opposition d’intérêts entre les générations et sur une approche statique de l’environnement économique et social. Lire la suite …/…

 

30. « Filles et garçons dans le système éducatif français. Une fracture sexuée », Jean-Louis Auduc, cafepedagogique.net

Les filles réussissent mieux à tous les niveaux dans le système scolaire. Si près de 14% des garçons ont des difficultés à lire ; elles ne sont qu’un peu plus de 7% de filles dans ce cas. Il y a près de 8 filles sur 10 au niveau du baccalauréat ; alors qu’il n’y a que 6 garçons sur 10. Une fille sur deux dans sa génération obtient un diplôme du supérieur ; il n’y a qu’un garçon sur trois. Les filles sont également beaucoup moins présentes dans les situations de décrochage scolaire. Lire la suite …/…

 

29. « Femmes exilées politiques », Sextant, n°26, 2009, 176 pages, sous la direction d’Éliane Gubin et Valérie Piette

L’image qui s’impose quand on évoque l’exil politique est le plus souvent masculine : ce serait principalement une affaire d’hommes. Tout au plus quelques femmes apparaissent à titre d’exception, mais la grande majorité d’entre elles sont présentées comme des « réfugiées » ou des « suiveuses », c’est-à-dire comme des victimes plutôt que des actrices de leur destin. Les femmes n’ont-elles donc jamais dû fuir à cause de leurs convictions, parce que persécutées ou risquant leur vie et leur liberté ?

Cet ouvrage présente onze contributions qui, toutes, soulignent l’urgence d’exhumer l’histoire des exilées politiques et l’intérêt de l’étudier dans une dimension de genre. Il montre combien cette approche permet de revisiter le processus de l’exil politique.

Sommaire

 

28. « Réfugié(e)s », Le Mouvement social, n° 225, 2008/4, sous la direction de Philippe Rygiel.

Sommaire et résumés à lire sur cairn.

 

27. « Paroles et voix de femmes », sur le site Africultures, 8 mars 2009.

À découvrir les poèmes de Catherine Boudet, Edwige Aplogan, Fatouma Fathy Sidibe, Mallail Lellel, Tanella Boni.

« Sur la blessure du monde.

Je n'écris pas sur la blessure du monde / Je me tiens loin d'elle / De ses lèvres rouges / Il n'y eut qu'une seule peau entre le soleil et moi / J'avais entendu la terre porter à son terme une gésine de fleurs / Nous étions alors des enfants de porcelaine / Combler le trou de la pluie à présent / Le trou que la pluie a laissé », CB.

 

26. Causette, nouveau féminin, en kiosque et sur le net, 7 mars 2009, 4,30 €

« Le magazine plus féminin du cerveau que du capiton ». Au sommaire du n°1 : Momo : femme, grand-mère et putain ; On nous prend pour des quiches ; Miss SDF : l’écharpe est belle ; Jacky Ido : à poiiiiil !; La justice des mineurs au broyeur

 

25. « Chine : vers un nouvel enlèvement des Sabines ? », G.-F. Dumont, Revue Géostratégiques, n° 17, septembre 2007

Les faits, l’enlèvement des Sabines, sont rapportés par Tite-Live dans son Histoire de Romeécrite il y a vingt siècles. Dans ces temps anciens, « déjà Rome était assez puissante pour ne redouter aucune des cités voisines ; mais elle manquait de femmes ; sans espoir de postérité au sein de la ville, les Romains étaient aussi sans alliances avec leurs voisins » (I,9). Romulus envoya des émissaires dans les villes voisines pour proposer des traités d’alliance reconnaissant le droit de mariage. Mais ces propositions étant rejetées, Romulus « dissimule son ressentiment et prépare, en l’honneur de Neptune équestre, des jeux solennels » auxquels furent conviées les tribus voisines de Rome, dont les Sabins qui « y accourent en foule » « aussi avec les femmes et les enfants ». Profitant du fait que l’attention des hommes était accaparée par les jeux, les Romains enlevèrent leurs femmes et leurs filles. […]

Cet épisode, considéré comme mythique, peut-il aider à réfléchir sur les conséquences géopolitiques des déséquilibres démographiques que connaît la Chine, particulièrement son déficit de filles ? Mais d’abord, comment en est-on arrivé à ce déficit ? Il convient pour cela de rappeler la politique démographique mouvante de la Chine depuis l’instauration du pouvoir de Mao. …/… la suite.

 

24. « Figures du féminin dans les industries culturelles contemporaines », revue Nouvelles Questions Féministes 28/1, 2009, Fabienne Malbois, Silvia Ricci Lempen, Valérie Cossy, Lorena Parini (éds), 52 pages, 19 €

Pour résumer ce numéro, on pourrait dire qu’il rend compte d’une première rencontre dans le champ des études féministes francophones : celle entre les héritières des grandes luttes féministes des années 1970-1980 et la génération « Bridget Jones ». Les figures féminines proposées aujourd’hui au public sont-elles vraiment émancipées en termes féministes ? Reconnaître l’ambiguïté des messages délivrés par les productions culturelles contemporaines, qui, postmodernité oblige, brouillent le rapport entre réalité et représentation en recourant à la citation et à la parodie, c’est admettre, certes, qu’il n’y a pas de réponse univoque à cette question.

Présentation et sommaire sur le site antipodes.

 

23. « Masculin-féminin, au-delà de la confusion des genres », revue Connexions, Éres, n°90, 2008/2, coordonné par Jean-Pierre Pinel et Jean-Claude Rouchy.

Présentation et sommaire sur le site de l’éditeur.

 

22. Féminisme(s) en Afrique et dans la diaspora, revue Africultures, L’Harmattan, 2009, n° 74, dossier coordonné par Marie-Christine Eyene.

Contributions de Olivier Barlet, Tanella Boni, Philomène-Nicole Carton, Melissa Thackway, Télesphore MbaBizo, Marlene De La Cruz-Guzman, Patricia Hill Collins, Jean-José Mesguen, Jyoti Mistry, Obioma Nnaemeka,Rebecca Weber.

Ce numéro d’Africultures propose une coupe transversale de l’histoire, de l’état des recherches, et des débats actuels sur la condition féminine africaine et diasporique. La cause des femmes est-elle universelle ? Le féminisme pourrait-il s’affranchir de l’histoire, de la culture, des hiérarchies sociales ainsi que des facteurs économiques et politiques ? Quels sont les enjeux des mouvements féministes du XXIe siècle ? Théoriciens, historiens, chercheurs,critiques, journalistes et travailleurs sociaux ont tenté de répondre à ces questions.

Sommaire

 

21. Dossier : Prostitution, un métier impossible ?, revue Vacarme, n°46, hiver 2009

Avant-propos par Gilles Chantraine, Caroline Izambert & Isabelle Saint-Saëns qui ont coordonné le dossier.

Pourquoi un chantier sur la prostitution dans Vacarme ? D’abord pour rompre le silence, le silence public autour de la situation des prostitué-es, cinq ans après le vote de la Loi de sécurité intérieure (LSI) du 18 mars 2003, qui a partiellement transformé le paysage prostitutionnel en réintroduisant notamment le délit de racolage passif. Ce délit, qui avait disparu de la loi en 1994, condamne les personnes prostituées non pas pour ce qu’elles font, mais pour ce qu’elles sont, leur simple attitude sur la voie publique pouvant désormais être sanctionnée. La suite …/…

 

20. Renouveau des études sur les femmes dans l’histoire littéraire, entretien de Laurent Angard avec Éliane Viennot, sur fabula.org, 30 janvier 2009

Laurent Angard : Pourquoi s’intéresser aux femmes d’Ancien Régime au XXIe siècle ?

Éliane Viennot : Parce qu’elles ont beaucoup de choses à nous apprendre! Et notamment cette chose essentielle: les luttes pour l’égalité des sexes sont très anciennes, tout comme les efforts de certains groupes d’hommes pour établir ou maintenir leur domination. Privées de la connaissance de leur histoire, les femmes d’aujourd’hui s’imaginent que le progrès est en route, qu’il est inéluctable. En voyant, par exemple, des femmes reconnues dans des domaines très prestigieux, elles pensent que c’est la preuve que les choses avancent. Elles ignorent que ce sentiment était déjà partagé par les contemporains d’Henri III, de Louis XIV, de Louis XVI… et que les réussites des femmes d’aujourd’hui risquent d’être aussi invisibles pour les femmes de demain que celles des femmes du passé le sont pour nous. Autrement dit, il y a bien des chances que nos petites-filles ne sachent rien, ni de nos difficultés, ni de nos "exploits"; et qu’elles aient à lutter dans un brouillard toujours aussi épais, en s’imaginant que le progrès est en route… etc. Seule une connaissance du passé peut nous permettre de comprendre ce qui se passe aujourd’hui -- et peut-être de nous attaquer à nos vrais ennemis, aux vraies racines de l’inégalité. La suite …/…

 

19. « Bandes de jeunes et “embrouilles de cité” », Marwan Mohammed, CASDIP, janvier 2008

En ce début de XXIe siècle, les bandes de jeunes redeviennent un objet d’inquiétude sociale, se frayant une place singulière dans les différentes thématiques qui forment le magma des préoccupations sécuritaires. On peut être surpris par l’écho médiatique récemment donné (août-septembre 2007) aux bagarres opposant à Paris, divers groupes de jeunes stationnant habituellement à La Défense et à la Gare du Nord. À la même époque, plusieurs arrestations eurent lieu dans le Val-de-Marne suite à un homicide lié à des « embrouilles » entre des jeunes de Valenton et de Villeneuve-Saint-Georges. De même qu’au centre commercial Belle-Épine de Thiais (Val-de-Marne), deux autres jeunes étaient sérieusement blessés par des tirs de fusil à canon scié. La réactivité médiatique diffère apparemment selon que ces conflits se situent dans le Paris gentrifié ou dans l’anonymat grisaillant de la périphérie. La suite …/…

 

18. La prostitution des mineur(e)s au XXe siècle, Revue d’histoire de l’enfance "irrégulière", n°10, 2008.

Écrire l’histoire de la prostitution des mineur(e)s consiste à rendre compte tout autant du foisonnement des réponses institutionnelle, religieuse, médicale et philanthropique aux sexualités d’une jeunesse incontrôlée, considérées comme « déviantes », que de l’expérience prostitutionnelle en soi. L’enquête médico-sociale sur la prostitution des mineur(e)s menée en 1932 par le Dr Suzanne Serin, et le projet de prévention qu’elle inspire, illustrent le double pouvoir des experts au XXème siècle : définition et traitement des « déviances sociales ». À chacun de ces champs correspond, pour celui qui souhaite en faire l’étude, une méthode – discursive ou empirique – éclairant la diversité des « paradigmes interprétatifs » de la prostitution comme objet d’histoire. Les recherches francophones sur la prostitution, qu’il s’agisse d’histoire sociale et culturelle ou d’histoire du genre et des femmes, voguent sur cette double approche, mais rares sont les travaux qui s’intéressent exclusivement à la prostitution des mineur(e)s, souvent clandestine et occasionnelle, donc difficilement saisissable. Les contributions rassemblées ici par Christine Machiels et Éric Pierre viennent partiellement combler un vide historiographique.

 

17. Les médiévistes et l’histoire du genre en Europe, Genre & Histoire, n°3, automne 2008

Numéro coordonné par Isabelle Ernot, Didier Lett, Rebecca Rogers.

Le 1er avril 2008 s’est tenue à la Sorbonne une journée d’étude intitulée « Les médiévistes et l’histoire du genre en Europe : bilans et perspectives ». Première du genre en France, cette manifestation a connu un réel succès auprès des collègues enseignants-chercheurs et des étudiants. Nous avons décidé de publier dans le présent numéro de Genre et histoire, les bilans par pays qui ont été dressés lors de la matinée de cette journée en y ajoutant un état des travaux concernant le monde byzantin. Pour ceux d’entre-nous, ici en France, qui travaillons depuis quelques années en histoire du genre, il va de soi que nous avons souvent une vision franco-française et peinons à nous faire une idée précise de ce qui a été réalisé en dehors du cadre hexagonal. C’est pourquoi nous avons choisi de regarder aussi du côté de l’Angleterre, de la Scandinavie, de l’Espagne, de l’Italie, de l’Allemagne et de Byzance. On pourra regretter l’absence de représentants d’Europe centrale, de Suisse ou encore de Belgique.

Sommaire et articles à lire.

 

16. « Frida Kahlo, La chair ouverte », Julie Crenn, Genre & Histoire, n°2, printemps 2008

L’article traite de l’engagement politique et du rapport d’identification de Frida Kahlo (1907-1954) avec des figures féminines fortes de la culture mexicaine, qu’elles soient légendaires ou historiques. Ce phénomène retranscrit dans ses peintures lui a permis d’explorer des thématiques telles que le corps des femmes, la condition des femmes ou encore le patriarcalisme oppressant. Elle a exprimé la souffrance des femmes lors de la perte d’un enfant, les femmes désespérées, les différentes sortes de blessures (celles du corps et celles des sentiments) à travers de nombreux autoportraits. Elle n’a pas hésité à puiser dans son expérience personnelle pour traiter de sujets considérés comme tabous dans les années 1930-1950, ce qui fait d’elle une artiste féministe précoce symbolisant le slogan américain prôné au début des années 1970 « Le personnel est politique ».

Lire la suite.

 

15. « Le corps présidentiable », Raisons politiques, Presses de Sciences Po, n°31, septembre 2008, Catherine Achin, Elsa Dorlin, Juliette Rennes.

Prendre au sérieux le processus d’"incorporation" à l’origine de l’invention continue de l’institution présidentielle suppose de tenir compte de tous les attributs des détenteurs de rôles, y compris des plus invisibilisés ou des plus naturalisés, comme l’identité sexuelle ou la couleur. Tout se passe comme si l’on avait jusqu’à présent mieux pensé les ressources de la virilité en milieu populaire qu’au sein des groupes dominants. En effet, depuis une vingtième d’années, c’est plutôt sur la féminité comme ressource et/ou stigmate que s’est concentrée l’analyse du genre dans le champ politique.

Ce volume tente d’élargir ces perspectives d’une part en s’intéressant au fonctionnement de la virilité/masculinité comme ressource politique, d’autre part en articulant l’analyse de ces capitaux genrés à celle d’autres capitaux corporels identitaires.

Sommaire

 

14. « Les unes et les autres - Le féminisme à l’épreuve du multiculturalisme », Cahiers marxistes, n° 238, octobre-novembre 2008

Dans un passé récent, la division des mouvements de femmes sur « la question du voile » a sans doute servi de révélateur, ne serait-ce que par la virulence de débats qui ont, au demeurant, largement dépassé les cercles féminins et féministes. Révélateur ? Racisme, rôles des religions, mondialisation américaine et « guerre de civilisations », modèle de la citoyenneté démocratique, voilà en somme les questions de fond qui ont été posées – voilées ? – derrière un petit bout de tissu.

Nous vous proposons dans ce numéro de les aborder en trois temps : d’abord dans la foulée d’un projet belge d’échanges féministes avec des pays de culture musulmane – Turquie, Iran et Maroc ; ensuite sous un angle international, particulièrement européen ; enfin dans un dialogue avec des animatrices de mouvements féminins/féministes de Belgique. L’ensemble est introduit par une réflexion sur « féminisme/féminismes ».

Sommaire

 

13. « Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée », Richard Polin commente le livrede Sheila Jeffreys, sur Sisyphie.org, le 14 janvier 2009

Professeure à l’Université de Melbourne, la féministe radicale Sheila Jeffreys approfondit avec son plus récent essai, The Industrial Vagina. The Political Economy of the Global Sex Trade (Routledge, 2008), ses analyses sur l’oppression des femmes, plus particulièrement sur l’exploitation sexuelle à une échelle industrielle. Avec talent, elle examine la croissance des industries du sexe au niveau mondial et rend compte de leurs effets dommageables sur les femmes et les fillettes qui y sont exploitées ainsi que sur les relations entre les sexes. Cet essai universitaire de haute volée a la qualité d’être écrit pour que tous et toutes, spécialistes comme non-spécialistes, puissent comprendre non seulement les raisons de cette croissance importante, mais également les débats qui, depuis les années 1980, divisent les universitaires, y compris celles se réclamant du féminisme, sur ce qu’est la prostitution et sur les politiques à promouvoir pour l’abolir ou pour cautionner son expansion.

La suite …/…

 

12. « Voyageuses », revue Clio, n° 28, 2008

Responsables du numéro : Rebecca ROGERS et Françoise THÉBAUD.

Si la vie et les exploits des aventurières, des exploratrices, des pionnières en tout genre font dorénavant l’objet de récits nombreux, ce numéro de Clio HFS élargit les perspectives. Il s’intéresse non seulement à la mise en récit du voyage mais au genre de la mobilité, aux figures inédites de voyageuses, aux croisements entre voyage, genre et empire, à la diplomatie culturelle sous toutes ses formes et aux incidences du voyage dans la construction des identités sexuées. Dans ces pages on découvrira, entre autres, l’héroïne voyageuse des sagas islandaises, les religieuses itinérantes de l’époque moderne, la poétesse japonaise Yosano Akiko ou bien encore Alexandra David-Néel... Une invitation à voyager dans le temps et dans l’espace.

Introduction et sommaire sur le site

 

11. La différence des sexes : enjeux et débats contemporains, dossier, Revue Sens public, 2008.

Ce dossier thématique rassemble des articles traitant des thèmes et des questions de la différence des sexes : la question du genre, les rapports du féminin et du masculin, l’homosexualité, les questions de la domination sociale, la misogynie, le féminisme, la misandrie, les thèmes de la menace ou de la protection, entre différence et différend. De façon diverse, ces sujets sont abordés en littérature, arts, philosophie, science et médecine, histoire, politique.

Articles de Radana Zvakova, Maria Ferencuhova, Miroslava Grajciarova, Madeleine Valette-Fondo, Petr Tuma, Andrea Turekova, Zuzana Malinovska-Salamonova, Stanislava Moysova, Jan Drengubiak, Anna Durnova, Pavel Stichauer, Michel Kail, Alena Krizkova, Maxime Forrest, Mathilde Dubesset, Radka Radimska, Nicole Edelman,

Carole Dely :

Jacques Derrida: le peut-être dune venue de lautre-femme. La déconstruction du phallogocentrisme de duel au duo

De la philosophie, et derechef quelle fait ma.â.l.e ?

Françoise Collin :

Mouvement féministe, mouvement homosexuel : un dialogue

Déconstruction/destruction des rapports des sexes

 

10. « Les fleurs du mâle. Masculinité sans hommes ? », Cahiers du Genre, n° 45, 2008, coordonné par Marie-Hélène Bourcier et Pascale Molinier

Ce numéro explore divers agencements inventés par des individus assignés femmes pour composer avec la masculinité. En quoi les femmes et les lesbiennes masculines, les trans’ ftm (female to male) sont-elles ou ils des hommes pas comme les autres ? Les masculinités inventées à partir de leurs expériences ont-elles le pouvoir de modifier le système sexe/genre, jusqu’où, comment ? Quelles sont les relations entre ces masculinités sans hommes et les masculinités hégémoniques, d’un côté, le féminisme, de l’autre ?

Présentation, sommaire et introduction

 

9. « Les nouveaux abolitionnistes. S’attaquer au trafic mondial du sexe », Melissa Farley, sur le site sysiphe.org, janvier 2009,

L’Organisation des Nations Unies a mis du temps à affronter le problème de la traite des personnes, mais en février dernier (2008), elle a tenu sa toute première conférence sur le sujet – une réunion de trois jours à Vienne parrainée par l’Initiative mondiale de l’ONU contre la traite des êtres humains, qui relève de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Le problème est colossal : d’après les estimations de l’ONU, la traite des personnes ferait quelque 2,5 millions de victimes dans le monde - dont 80 % seraient des femmes et des enfants - et générerait environ 32 milliards de dollars par année. Lire la suite…/…

Publié en anglais dans Ms. Magazine, avril 2008, traduit par Marie Savoie pour Sisyphe. Pour plus de renseignements, voir le site www.prostitutionresearch.com

 

8. « À Versailles, le frère très gay de Louis XIV », Bernard Hasquenoph, sur le site Versailles pour tous, 6 janvier 2009.

La figure haute en couleur de Monsieur, frère du Roi, ancêtre de tous les princes actuels, vient contredire l’image compassée et désexualisée que les anti-Koons ont tenté de donner du Versailles louis-quatorzien.

Saint-Simon, dans ses Mémoires, dresse de lui un portrait resté célèbre : "C’était un petit homme ventru, monté sur des échasses tant ses souliers étaient hauts, toujours paré comme une femme, plein de bagues, de bracelets et de pierreries partout, avec une longue perruque toute étalée devant, noire et poudrée et des rubans partout où il pouvait mettre, plein de sortes de parfums et en toutes choses la propreté même. On l’accusait de mettre imperceptiblement du rouge...". Philippe d’Orléans dit Monsieur, frère cadet de Louis-Dieudonné dit Louis XIV, avait alors la cinquantaine.

Le jeune homme qu’il fut avait été des plus minces, fort beau et en tout gracieux. Surtout quand il s’habillait en fille, comme il l’affectionnait dès la plus tendre enfance, pratique encouragée dit-on par Mazarin pour l’éloigner des tentations du pouvoir. La suite…/…

 

7. « Analyser les représentations sexuées dans les manuels scolaires », coordonné par Carole Brugeilles, Sylvie Cromer et Thérèse Loch, sur le site CePeD, décembre 2008.

Application d’une méthode commune dans six pays : Cameroun, Madagascar, Mexique, Sénégal, Togo et Tunisie.

Les rapports sociaux de sexe occupent une place croissante dans l’analyse des différents phénomènes démographiques. Les comportements sociaux et démographiques prennent appui sur des identités et des représentations de genre, différentes selon les cultures, véhiculées par divers médias et incorporées par les individus lors des étapes de leur socialisation. L’éducation scolaire joue un rôle essentiel dans ce processus. Connaissances, valeurs et normes sociales sont fixées dans le cadre de politiques éducatives, inscrites au cœur des manuels scolaires et ainsi transmises par l’école.

Cette publication sous forme de CD-Rom propose six articles qui analysent les représentations sexuées dans les manuels scolaires de différentes disciplines utilisés dans l’enseignement de six pays.

Ces articles renouvellent les connaissances sur les manuels et ainsi participent à la compréhension de l’influence de la scolarisation sur la construction des représentations de soi. Ils permettent également, en mettant en évidence la persistance des inégalités selon le sexe, d’argumenter en faveur d’une modification des manuels afin qu’ils jouent un rôle de levier pour favoriser l’égalité entre garçons et filles, la scolarisation des filles, leur accès à la culture et, plus largement, un changement dans les rôles sociaux de sexe.

Consulter la publication en ligne.

 

6. « Écologie et féminisme », Ecorev, n° 30, 2008 coordonné par Bertram Dhellemmes, Sandrine Rousseau & Aude Vidal.

Écologie et féminisme... autant les deux engagements se retrouvent fréquemment chez les mêmes personnes, autant le lien est rarement explicité. Au-delà de l’exigence d’égalité entre hommes et femmes, la présence même, au sein de l’écologie politique, de valeurs humanistes – ces "luttes non-prioritaires en matière d’environnement" et dont les écologistes se mêlent curieusement – serait-elle un simple épiphénomène et non une nécessité idéologique ?

Le dossier Ecologie & féminisme s’attache donc dans un premier temps à clarifier le lien entre ces deux mouvements, leur proximité idéologique et leur offensive simultanée sur la citadelle politique. Lire le sommaire complet.

 

5. « Note statistique de (re)cadrage sur la délinquance des mineurs », Laurent Mucchielli, sur le site CLARIS, novembre 2008.

Après les récentes déclarations ministérielles sur la délinquance des mineurs et avant la présentation du rapport de la Commission Varinard, une analyse de Laurent Mucchielli, sociologue, directeur de recherches au CNRS. La suite …/…

 

4. « Extension mondiale du féminisme », Sonia Dayan-Herzbrun, Le Monde diplomatique, novembre 2008.

Se développant dans différents pays du monde occidental à partir de la fin des années 1960, le mouvement des femmes a fait l’objet d’une reconnaissance internationale dès 1975, proclamée « année de la femme » par l’Organisation des Nations unies (ONU) qui organise, à Mexico, la première conférence pour les femmes. Le mouvement s’est ainsi étendu, organisé, mondialisé. La perspective de la fin de la guerre froide a permis de considérer que la troisième de ces conférences, celle de Nairobi, en 1985, marquait la naissance du féminisme mondial. Dix ans après (1995), la conférence de Pékin représente un nouveau tournant. la suite …/…

À voir aussi dans le même numéro le supplément Olympes de Gouges.

 

3. « La Salpêtrière de Paris sous l’Ancien Régime : lieu d’exclusion et de punition pour femmes », Jean-Pierre Carrez, sur le site Crimino Corpus, 2008.

A son ouverture, en 1656, la Salpêtrière de Paris s’impose comme le plus grand établissement d’enfermement de femmes à l’époque moderne. Cet article expose les conditions de naissance de cette institution jusqu’à sa transformation en hôpital pour le traitement de la folie durant la période révolutionnaire. la suite …/…

 

2. Les femmes et les médias, L’Observatoire des inégalités

Les médias concourent à véhiculer une image des femmes éloignée de la place qu’elles occupent dans la société, que ce soit dans leur rôle social ou familial d’après un rapport sur « L’image des femmes dans les médias » publié par le Secrétariat d’État à la solidarité. Les auteures, Michèle Reiser et Brigitte Gresy, ont passé à la loupe tous les types de médias : presse, radio, télévision, Internet.

51 % de la population française est féminine et 43 % des journalistes sont des femmes. Mais leur place et leur représentativité dans les médias n’a pas grand-chose à voir avec la réalité. Que ce soit en temps de parole, par exemple à la télévision avec une durée totale bien inégale entre les hommes et les femmes (68 % pour les premiers, 32 % pour ces dernières), dans l’évocation des pronoms personnels utilisés dans la presse écrite étudiée (149 fois le pronom « il » et seulement 48 fois le pronom « elle ») ou dans les sujets traités, peu de place est faite aux femmes. Comme l’indique ce rapport “Les résultats sont identiques dans tous les médias : les questions qui sont au cœur de la vie sociale des femmes, à savoir leur rapport au travail, l’accès au savoir, à la formation et à la promotion, l’articulation de la vie professionnelle et familiale et notamment la question de la garde des enfants, ne sont pas traitées ou alors à la marge.”

Les femmes ne sont pas non plus représentées d’égal à égal quand on les montre dans le monde du travail. Elles sont souvent moins expertes que les hommes, elles occupent moins des postes de pouvoir. En règle générale, elles sont beaucoup moins représentées en situation d’activité professionnelle.

Un gros travail d’éducation à l’intention des plus jeunes est notamment préconisé par les auteures de cette étude pour remédier à la déformation médiatique de l’image des femmes.

VS

 

1. Mona Chollet

« A la recherche des heures célestes. Struggle for time », Mona Chollet, le 5 octobre 2008, sur le site Périphéries.net.

« Il y a les femmes, dont leur entourage considère qu’elles doivent consacrer leur temps à leur famille, et non à elles-mêmes ; il y a les artistes ou les intellectuels, amateurs de solitude, mais que leur activité expose à des sollicitations plus nombreuses que celles auxquelles ils pourraient ou voudraient faire face. Deux catégories sociales particulièrement bien placées pour observer les difficultés que l’on éprouve à garder la haute main sur l’usage de son temps. Le temps à profusion, à discrétion, le temps pour soi, celui qui permet de respirer, de divaguer, de s’ancrerprofondément dans le monde, est un trésor rare que l’on doit arracher à un quotidien minuté, saturé. Les penseurs du revenu garanti, l’auteur allemand d’un conte-roman sur les « voleurs de temps », un écrivain amoureux de l’héritage culturel méditerranéen : tous semblent penser que dans l’attention au temps peut résider la clé d’un changement de paradigme. »

…/…

 

 


Date de création : 04/11/2008 11:54
Dernière modification : 08/08/2009 16:29
Catégorie : 0. PRESENTATION|A lire sur le thème
Page lue 6133 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


En bref / En marge

Depuis décembre 2006

   visiteurs

   visiteurs en ligne


La_Revue, n°6

La_Revue, n°5

La_Revue, n°4

La_Revue, n°3

La_Revue, n°2

La_Revue, n°1

Océan Indien - voire +

^ Haut ^

Responsable et coupable : Arnaud Sabatier

Rigoureuse mise en œuvre : Patrick Boissière

Amicale assistance technique : Richard Muller

Affectueuse hotline polyvalente : Timothée Sabatier

Avec le concours généreusement efficace d’Icare de chez GuppY

GuppY, un créateur de site très recommandable


  Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.81 seconde