« Et que tout le monde à la fin se retrouve sur la tête »,   F. Ponge

--- PRESENTATION ---

ECRIVAINS

2010-11 NORMAL

2009-10 DON ECHANGE

2008-09 LE GENRE

2007-08 LA VILLE

2006-07 LE POLITIQUE
+ 0. PRESENTATION
+ 1. Philosophie et politique
+ 2. Architecture & politique
+ 3. Sociologie & politique
+ 4. Théâtre & politique
+ 5. Entreprise et politique
+ 6. Psychanalyse (intro.)
+ 7. Psychanalyse politique
+ 8. Histoire et politique
+ 9. Economie et politique
+ I0. Art et politique

Brèves (archives)

Recherche





Art - Sophie BAZIN

Sophie Bazin (1968) – Mary Batiskaf – est plasticienne.

Elle nous a envoyé ce texte qui accompagne ses photos, les Belles Abandonnées.

 

 

 daudet.JPG Daudet
 verlaine.JPG Verlaine
 

 

Vers une esthétique du marronnage

Que sont mes amis devenus ? (1)

 

 

Le journal d'une ville normande informait dernièrement les habitants des sanctions encourues par ceux d'entre-eux qui osent encore se livrer à ce grave délit : donner à manger aux oiseaux. Face aux populations croissantes de pigeons et d'étourneaux qui trouvent en ces quartiers un accueil plutôt amical, il convient semble-t-il de réagir en éliminant les nichées et en verbalisant les grand-mères. Cette ville pourtant aime tellement les animaux qu'on y croise les policiers sur des chevaux. Elle aime un peu moins les chiens, les espaces verts autorisés se sont raréfiés, les canidés aussi : cause ou conséquence ? Quand j'arrive dans cette ville, moi qui vis habituellement dans "les îles", et que je sillonne la campagne autour, ce qui me frappe c'est l'absence. Sur les quatre voies, nulle dépouille, autour des chemins creux, nulle épave. Je ne trouve que balises et signalisation, aucun signe de ces marginalités desquelles je suis familière et qui démontrent, de manière parfois choquante pour les touristes, la survivance en mon île d'une certaine forme de marronnage.

 

Les errants. Les chiens très souvent, les chats parfois, les tangues à la saison des amours. Carcasses éventrées sur le bitûme, la mort en pleine face, choc brutal entre vagabondage et développement – images légèrement surexposées au goût des métropolitains de passage. Ce qui me choque, ce n'est plus la rencontre avec ces chiens écrasés, petits faits divers à payer au tribut pour la liberté. Ce qui me choque c'est l'absence de chiens libres, de chats de gouttière, dans la campagne normande et dans les arrière-cours de ses villes. Nous avons tout réglementé. Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place. Les marges se vident de leurs marginaux, il faut laisser la voie libre pour les uniformes, comme la bande d'arrêt d'urgence des autoroutes, intolérante à tout désordre.

 

Dans cette île où je vis, on s'identifie de manière ostentatoire à son automobile. Cela fait les beaux jours des concessionnaires qui affichent des chiffres record de progression des ventes, le véhicule neuf a la côte. On le retrouve en bout de course sur un bas-côté, immédiatement phagocyté par la végétation tropicale. Ces voitures, je les ai baptisées belles abandonnées. Encombrantes, impotentes, et néanmoins rattachées à notre mémoire, elles subissent un sort comparable à celui de nos vieillards. On les pose dans un coin discret, on les oublie doucement, et un jour on finit par penser que leurs rides étaient belles. Auréolés du soleil tropical, éblouis peut-être par ses reflets, on parvient à poser l'œil sur ces instantanés de temps qui passe jusqu'à les considérer comme constitutifs de nos paysages, marges affligeantes mais marges nécessaires.

 

Sur le sol de France on cultive l'ordre avec tant d'acharnement que j'y vois aujourd'hui une forme de cécité volontaire. Débarrasser notre quotidien de la vraie mort, de la vraie déchéance, éliminer les surnuméraires et laisser à la télévision le soin de nos vanités, mises à distance par le truchement cathodique.

Il ne reste plus dans la marge que la rosée du vent du large. (2)

 

 

____________________________

 

(1) Chantait Joan Baez dans les années 70.

(2) Chantait Maxime Leforestier à la même époque.

 

 

 mini-bras_sec.JPG Mini-Bras sec
 mini-trois_mares.JPG Mini-Trois mares

 

 

Pour citer cet article

Sophie Bazin , « Vers une esthétique du marronnage », lrdb.fr, mis en ligne le 15 janvier 2007.


Date de création : 15/01/2007 12:16
Dernière modification : 28/06/2007 09:40
Catégorie : Art
Page lue 4779 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


En bref / En marge

Depuis décembre 2006

   visiteurs

   visiteurs en ligne


La_Revue, n°6

La_Revue, n°5

La_Revue, n°4

La_Revue, n°3

La_Revue, n°2

La_Revue, n°1

Océan Indien - voire +

^ Haut ^

Responsable et coupable : Arnaud Sabatier

Rigoureuse mise en œuvre : Patrick Boissière

Amicale assistance technique : Richard Muller

Affectueuse hotline polyvalente : Timothée Sabatier

Avec le concours généreusement efficace d’Icare de chez GuppY

GuppY, un créateur de site très recommandable


  Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.79 seconde