LES RENCONTRES DE BELLEPIERRE St Denis de La Réunion

http://www.lrdb.fr/

Umar TIMOL (ILE MAURICE)

Télécharger au format pdf

Écrivain mauricien, Umar Timol nous donne à lire trois poèmes : « Tu es belle. Et je suis fou », extrait de Sang, « Cartographe » et « On ne pourra jamais ».

Le verbe est riche, avide, ivre parfois d’un désir inquiet ; le geste est tourmenté, nerveux et désespère d’un monde qui se gaspille insolemment. Au désert qui gagne jusqu’à ces visages « amputés de toutes attentes » répond peut-être la « féconde indélicate » et sa lumière matinale. Géographie de l’amour, géopolitique de la haine, géologie de la chair : la poésie sculpte et grave à vif, comme une entaille, comme une incise, la carte froissée du temps. Ne pourra-t-on jamais ?

 

 

Entre désir et désert – cartographies

Umar Timol

 

 

 

 

Tu es belle. Et je suis fou.

 

Corps de pierre. Corps solaire. Corps solitaire. Lactescence estivale. Échancrure sauvage. Tu es ma chair d'ivoire. Astre noir. Mon obscène territoire. Tu m'emmures sous le dôme des lamentations. Ma succulence permise. Ma maîtresse. Ma connivence sensuelle. Ma lunaire tyrannique. Princesse endiablée. Lacis de sueur. Idole enrobée de soie. Et d'épines.

 

Œuvre de feu et de sang. Les aréoles de tes lèvres épousent et entaillent ma peau. Assèche-moi. Je suis désert. Flagelle-moi. Je suis esclave. Inféode-moi. Je suis ta propriété. Ton bibelot. Je plisse ta nuque. J'éploie ton ventre. Dunes célestes. Ta chevelure est une liasse de flammes. Tes yeux un ouragan de sable. J'éventre ta langue engorgée et me désaltère. Elle est hostie pour ma bouche infidèle. Elle est calice pour ma bouche hérétique.

 

Je renonce au devoir. À la raison. Je suis dévot aux lieux de la débauche. Je suis mendiant au seuil de ta taverne. Je m'abreuve aux sources hallucinées. Opium et vin. Je renifle tes arômes opiacés. Je mords tes ébréchures alcoolisées.

 

Je suis celui revêtu de guenilles qui lave et baise tes pieds. Je veux boire. Encore boire. Encore boire. Et me dissoudre sous les osmoses de l'ivresse.

 

Je suis amant de l'amour. Celui revêtu de laine. Celui revêtu de crasse et de boue.

 

Celui qui se prosterne sur ton corps. Lieu de vénération. Lieu de prière.

 

Celui qui à l'aurore de ton voile récite les silences de tes yeux. Celui qui glane des nattes de sang sur ton mausolée.

 

Et tu es mon livre sanctifié. Mon poème.

 

Et je suis poète fou qui quémande le sens de ton verbe. Et je suis poète fou qui vole la parole.

 

Poète fou qui dérobe ses obéissances. Poète fou qui professe une parole transmuée.

 

Parole incantatoire pour te célébrer et te créer. Parole au-delà de la parole pour t'aimer.

 

Et tu es ma féconde indélicate. Celle qui me purge de mes lassitudes. Celle qui reflue mes fautes et mes rancœurs. Celle qui coalise extase et douleur

 

Et ton nectar infeste mes rêves les plus nonchalants. Ton nectar infeste mes repentirs nocturnes.

 

Tu es festin que je romps et qui me corrompt.

 

Et je déguste ta gorge blanche. Je hume tes senteurs épicées. Je soutire tes sèves tuméfiées.

 

Et tu es ma vanité. Ma lascive. Ma vierge indécente.

 

Tu sillonnes les mers vengeresses et les rues fétides. Tu sillonnes ma carcasse avide et mes plaisirs terrifiés. Tandis que ma salive adultère encore tes lèvres. Tandis que les liqueurs dédiées à la jouissance suturent encore ta peau fissurée.

 

Tu es femme et la nuit carnassière froisse les tombeaux. Tu es femme et le ciel exsude des flocons de pierre.

 

Tu es femme et l'océan se désertifie et la terre se décalcifie. Tu es femme et les bêtes frémissent les signes de l'apocalypse.

 

Et tu es belle. Ma gazelle opaline. Eau qui pleut entre mes cils. Soupirs qui veloutent mes songes. Safran qui pave mes cicatrices.

 

Et tu es belle. Ma douce. Ma moelleuse. Ton visage une aube lumineuse. Nébuleuse bleue. Collier de poussière d'étoiles. Collier de promesses infinies.

 

 

 

*************

 

 

Cartographe

 

j'ai laissé longtemps

moisir dans tes yeux

corail bleu

mon sang

pour en faire une étoffe

qui cartographie

sur ton dos

la géographie d'une île

calcinée et nourricière

promise à la mer

où affluent ces blessures

pas encore séchées

qui délinéent

les effractions de nos sens

affranchis des temps enragés

des insolences du mal

des transes de la guerre

de la mort qui souille

de la mort qui conspue

qui délinéent

un temple orné des

bourrasques

d'un soleil asséché

graveur de

l'axiome de la révolte

sur l'entrelacs

de nos mains gangrenées

 

 

 

*************

 

 

On ne pourra jamais

 

on ne pourra jamais refluer la démesure du temps,

s'y encastrer pour s'en défaire,

il n'y aura,

ma trop douce ou ma trop brune,

ni bleu, ni rêve, ni intermède,

les mers qui nous séparent ont trop longtemps énoncé l'exil et l'amertume,

on aura beau brûler les vents des minuits

ou consteller de diamants les antres du désert,

on aura beau épouvanter les larmes du soleil ou désenfouir ces visages

amputés de toutes les attentes,

on ne cessera pour autant la mélancolie du vide,

des rides,

on ne cessera tout ce qui fuit et qu'on ne peut rattraper,

tout ce qui n'a jamais été et ne peut être,

on ne cessera,

ma trop douce ou ma trop brune,

les floraisons du mal,

la cruauté ordinaire,

les mains ornées de terreur et de sang,

on ne cessera les frontières qui pullulent les cauchemars de ceux qui

croient tout savoir, tout posséder,

on ne cessera ces pactes qui ordonnent la frénésie de la matière,

on ne cessera la fosse inépuisable de la haine,

il n'y aura,

ma trop douce ou ma trop brune,

je le sais maintenant,

que la présence dans l'instant,

nul lieu où fuir,

aucune audace n'inscrira le réenchantement,

aucun baptême ne dira le bonheur

et on ne se recueillera que dans le jaillissement de la mort,

nos souffles mêlés,

enfin réconciliés,

cordages qui braseront d'étincelles

nos corps déportés aux extrémités de ce monde devenu crucifix

 

et Tu es belle

 

 

 

Pour citer cet article

Umar Timol, « Entre désir et désert – cartographies », lrdb.fr, mis en ligne en septembre 2007.