"Tu ne peux pas te relire mais tu peux signer",    R. Char

--- PRESENTATION ---

ECRIVAINS

2010-11 NORMAL

2009-10 DON ECHANGE

2008-09 LE GENRE

2007-08 LA VILLE

2006-07 LE POLITIQUE
+ 0. PRESENTATION
+ 1. Philosophie et politique
+ 2. Architecture & politique
+ 3. Sociologie & politique
+ 4. Théâtre & politique
+ 5. Entreprise et politique
+ 6. Psychanalyse (intro.)
+ 7. Psychanalyse politique
+ 8. Histoire et politique
+ 9. Economie et politique
+ I0. Art et politique

Brèves (archives)

Recherche





Pays - BOLIVIE Evo MORALES

Sur le site Alternatives Internationales

BOLIVIE
« Respectons notre Mère la Terre »
Discours du président bolivien Evo MORALES à l’assemblée des Nations Unies, 25 septembre 2007

jeudi 27 septembre 2007 par Pierre BEAUDET


Le monde a une fièvre nommée changement climatique causée par une maladie appelée modèle de développement capitaliste. Devant cette situation, nous - les peuples indigènes et les habitants humbles et honnêtes de cette planète - nous croyons qu’est arrivée l’heure de faire une halte pour nous rencontrer à nouveau avec nos racines, avec le respect pour la terre mère ; avec la « Pachamama » comme nous l’appelons dans les Andes.

Sœurs et frères Présidents et Chefs d’État des Nations Unies,

Le monde a une fièvre nommée changement climatique causée par une maladie appelée modèle de développement capitaliste. En 10.000 années, la variation du dioxyde de carbone (CO2) sur la planète a été d’approximativement 10 pourcents. Durant les dernières 200 années de développement industriel, l’accroissement des émissions de carbone a été de 30 pourcents. Depuis 1860, l’Europe et l’Amérique du Nord ont contribué avec 70 pourcents aux émissions de CO2. Enfin, 2005 a été l’année la plus chaude des dernières mille années sur la planète.

Différentes recherches démontrent que sur 40.170 espèces vivantes étudiées, 16.119 sont en danger d’extinction. Un oiseau sur huit risque de disparaître pour toujours. Un mamifère sur quatre est menacé. Un amphibien sur trois peut cesser d’exister. Huit crustacés sur dix et trois insectes sur quatre risquent l’extinction. Nous vivons la sixième crise d’extinction d’espèces vivantes de l’histoire de la planète Terre et, à cette occasion, le taux d’extinction est 100 fois plus accéléré que dans les temps géologiques.

Devant ce futur sombre, les intérêts transnationaux proposent de poursuivre comme avant et de peindre la machine en vert, c’est-à-dire, de continuer avec la croissance et la consommation irrationnelle et inégale, de produire de plus en plus de profits sans se rendre compte que ce que nous consommons actuellement durant une année est ce que la planète produit en une année et trois mois. Devant cette réalité, la solution ne peut pas être le maquillage environnemental.

Pour limiter les impacts du changement climatique, je lis dans des rapports de la Banque Mondiale qu’il faut mettre un terme aux subventions des hydrocarbures, valoriser l’eau et promouvoir l’investissement privé dans le secteur des énergies propres. Ils veulent à nouveau appliquer les prescriptions du marché et privatiser pour faire des affaires avec la maladie même que ces politiques produisent. La même logique prévaut en ce qui concerne les agrocombustibles puisque produire un litre d’éthanol on requiert 12 litres d’eau. De plus, pour produire une tonne d’agrocombustibles on a besoin, en moyenne, d’un hectare de terre.

Devant cette situation, nous - les peuples indigènes et les habitants humbles et honnêtes de cette planète - nous croyons qu’est arrivée l’heure de faire une halte pour nous rencontrer à nouveau avec nos racines, avec le respect pour la terre mère ; avec la « Pachamama » comme nous l’appelons dans les Andes. Aujourd’hui, nous, les peuples indigènes de l’Amérique latine et du monde, sommes appelés par l’histoire pour nous transformer en avant-garde de la défense de la nature et de la vie.

Je suis convaincu que la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Indigènes, approuvée récemment après tant d’années de lutte, doit passer d’un rôle symbolique à la réalité pour que nos connaissances et notre participation aident à construire un nouveau futur d’espoir pour tous. Qui, sinon nous, les peuples indigènes, pouvons indiquer la direction de l’humanité pour la préservation de la nature, des ressources naturelles et des territoires que nous habitons ancestralement.

Nous avons besoin d’un coup de gouvernail de fond au niveau mondial pour cesser d’être les damnés de la terre. Les pays du nord doivent réduire leurs émissions de carbone de 60 à 80 pourcents si nous voulons éviter que la température de la Terre ne monte de plus de 2 degrés d’ici la fin du siècle conduisant à des conséquences catastrophiques pour la vie et la nature.

Nous devons nous atteler à créer une Organisation Mondiale de l’Environnement et à discipliner l’Organisation Mondiale du Commerce qui est occupée à nous mener à la barbarie. Nous ne pouvons plus continuer à parler de croissance du Produit National Brut sans prendre en considération la destruction et le gaspillage des ressources naturelles. Nous devons adopter un indicateur qui permet de considérer, de manière combinée, l’Indice de Développement Humain et la Trace Écologique pour mesurer notre situation environnementale.

Il faut appliquer des impôts élevés face à la superconcentration de la richesse et adopter des mécanismes effectifs pour sa redistribution équitable. Il n’est pas possible que trois familles aient des recettes supérieures au PIB conjoint des 48 pays plus pauvres. Nous ne pouvons pas parler équité et justice sociale pendant que continue cette situation. Les Etats-Unis et l’Europe consomment, en moyenne, 8.4 fois plus que la moyenne mondiale. Pour cette raison, il est nécessaire qu’ils baissent leurs niveaux de consommation et reconnaissent que tous nous sommes les hôtes d’une même terre : la même « Pachamama ».

Je sais que le changement n’est pas facile quand il s’agit pour un secteur extrêmement puissant de renoncer à ses profits extraordinaires pour que survive la planète Terre. Dans mon propre pays j’endure, avec la tête haute, un sabotage permanent parce que nous mettons un terme aux privilèges pour que nous puissions tous « Vivre Bien » et pas seulement mieux que nos semblables. Je sais que le changement dans le monde est beaucoup plus difficile que dans mon pays, mais j’ai une confiance absolue dans l’être humain, en sa capacité de raisonner, d’apprendre de ses erreurs, de récupérer ses racines et de changer pour forger un monde juste, divers, inclusif, équilibré et harmonieux avec la nature.

Evo Morales Ayma, Presidente de la República de Bolivia


Date de création : 28/09/2007 12:04
Dernière modification : 02/10/2007 12:21
Catégorie : Pays
Page lue 5250 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


En bref / En marge

Depuis décembre 2006

   visiteurs

   visiteurs en ligne


La_Revue, n°6

La_Revue, n°5

La_Revue, n°4

La_Revue, n°3

La_Revue, n°2

La_Revue, n°1

Océan Indien - voire +

^ Haut ^

Responsable et coupable : Arnaud Sabatier

Rigoureuse mise en œuvre : Patrick Boissière

Amicale assistance technique : Richard Muller

Affectueuse hotline polyvalente : Timothée Sabatier

Avec le concours généreusement efficace d’Icare de chez GuppY

GuppY, un créateur de site très recommandable


  Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.81 seconde