« Où t'es-ti donc, là-bas ou ici ? / - Entré les deux, entré les deux je souis »,   J. Tardieu

--- PRESENTATION ---

ECRIVAINS

2010-11 NORMAL

2009-10 DON ECHANGE

2008-09 LE GENRE

2007-08 LA VILLE

2006-07 LE POLITIQUE
+ 0. PRESENTATION
+ 1. Philosophie et politique
+ 2. Architecture & politique
+ 3. Sociologie & politique
+ 4. Théâtre & politique
+ 5. Entreprise et politique
+ 6. Psychanalyse (intro.)
+ 7. Psychanalyse politique
+ 8. Histoire et politique
+ 9. Economie et politique
+ I0. Art et politique

Brèves (archives)

Recherche





Histoire - Cité nat de l'his de l'immigrat

10 octobre 2007

Ouverture de la Cité Nationale de l’histoire de l’Immigration

http://www.histoire-immigration.fr/

"Faire connaître et reconnaître l’apport de l’immigration en France à travers l’histoire des deux derniers siècles", tel est le projet de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, présidée par Jacques Toubon et Jean-François Roverato et dirigée par Patricia Sitruk.

Portes ouvertes, entrée gratuite du 10 au 14 octobre 2007.


Voir aussi sur lrdb.fr :

l’Institut d’études sur l’Immigration et l’Intégration

Démissions collectives à la Cité Nationale de l’histoire de l’immigration

Lu dans Le Monde, le 9 octobre 2007

Cité nationale de l'histoire de l'immigration ouvre ses portes sans tambour ni trompette, comme si les plus hautes autorités de l'État cherchaient aujourd'hui à minimiser l'événement. Et, pourtant, l'ouverture de ce lieu de mémoire marque un moment important dans la vie politique et culturelle française. Le rôle majeur joué par l'immigration dans l'histoire contemporaine de la France est enfin reconnu par la communauté nationale.

En mai, nous avons démissionné du conseil scientifique de la CNHI, en dépit de notre attachement à ce projet, parce que la création du "ministère de l'immigration et de l'identité nationale", par son intitulé même, contredit les objectifs civiques que poursuit la Cité. Cette association de mots ne pouvait que conforter les stéréotypes et les préjugés qui existent aujourd'hui en France sur l'immigration.

Quatre mois après la création de ce ministère, nous constatons, hélas, que nos craintes étaient fondées. Les immigrés sont présentés, désormais, comme une menace pour l'identité nationale, comme des fraudeurs en puissance, des suspects qui doivent recourir à des tests ADN pour prouver leur bonne foi et leur bon droit. L'histoire de l'immigration est fréquemment mobilisée pour justifier ces mesures, dans des discours opposant les "bons" immigrés d'hier, respectueux des "valeurs républicaines" et qui "ont fait l'effort de s'intégrer", aux "mauvais" d'aujourd'hui.

Le projet défendu par la CNHI va à l'encontre de ces stéréotypes. Ceux qui l'ont conçu et porté ont toujours refusé de les cautionner, de même qu'ils ont toujours refusé d'entrer dans les polémiques stériles opposant les adeptes de la repentance et les tenants de l'antirepentance. La CNHI est un établissement culturel qui a une vocation éducative. Sa principale mission est de faire mieux connaître l'histoire des migrations pour combattre les contre-vérités et les fantasmes ; c'est la seule façon de former des citoyens un peu plus tolérants et respectueux des autres.

En dépit des difficultés qui ont jalonné sa mise en place, cette Cité est le résultat d'un travail collectif auquel ont contribué associations, chercheurs et acteurs de la vie publique, tous convaincus, au-delà de leurs divergences de vues, qu'il fallait changer le regard sur l'immigration. A contre-courant de l'offensive actuelle, on peut faire le pari que cette idée reste et sera partagée par un très grand nombre de Français. Pour toutes ces raisons nous souhaitons longue vie à la CNHI. Mais nous appelons à la vigilance pour éviter que ce lieu de mémoire soit détourné de sa fonction première.

Marie-Claude Blanc-Chaléard, historienne Paris-I ;

Geneviève Dreyfus-Armand, historienne ;

Nancy L. Green, historienne EHESS ;

Gérard Noiriel, historien EHESS ;

Patrick Simon, démographe INED ;

Vincent Viet, historien IDHE ;

Marie-Christine Volovitch-Tavarès, historienne

Patrick Weil, historien CNRS-Paris-I.


« Cité de l’immigration, la mémoire et l’histoire », Le Monde, 9 octobre 2007, propos recueillis par Nathalie Herzberg

Lydia Elhadad, muséographe, et Pascal Payeur, scénographe, ont conçu le parcours permanent de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration, dont l'ouverture est prévue mercredi 10 octobre. Ils présentent les grandes lignes de leur projet.

Comment muséifie-t-on un phénomène vivant et humain comme l'immigration ?

Lydia Elhadad : Cela fait un certain temps que les musées ne se limitent pas à la seule exposition en majesté d'un patrimoine artistique. Les musées thématiques existent. Nous ne sommes donc pas vraiment novateurs. En revanche, une question particulière se posait : savoir sur quoi on devait fonder une exposition de ce type, consacrée à cet objet un peu illégitime de l'Histoire qu'est l'immigration. Notre choix a été de partir de l'idée des liens avec le public. La Cité voulait collecter des objets ? Nous avons donc proposé de créer une Galerie des dons. Cette galerie n'existait pas, elle était en devenir. Nous avons décidé de nous inspirer du sociologue Marcel Mauss - "donner, recevoir, rendre" - et d'imposer une certaine réciprocité. Le donateur allait dire pourquoi il donnait, et le musée expliquait pourquoi il acceptait le don. Pour nous, cette galerie, installée sur le balcon qui domine le grand forum du bâtiment, est l'élément fondateur du musée.

Pascal Payeur : Nous avons réalisé un projet métis, sans jeu de mots. A côté de cette Galerie des dons, essentielle, nous avons aussi choisi d'incorporer certains objets au parcours qui, de façon thématique, présente à un public aussi large que possible deux cents ans d'histoire de l'immigration.

Mémoire/Histoire, émotion/réflexion, objets du quotidien/oeuvres d'art : ce parcours associe des éléments et des objets divers. Comment les avez-vous articulés ?

L. E. : Associer mémoire et Histoire était une donnée de départ. Les historiens s'inquiétaient beaucoup de la place de la chronologie. Ils avaient une vision un peu verticale. Nous savions qu'une exposition c'est un parcours en trois dimensions et libre, que les gens y butinent. Donc, l'idée d'un parcours linéaire nous paraissait totalement inappropriée. Nous avons dû un peu nous bagarrer pour imposer l'idée que certains supports allaient porter le discours "historien" et d'autres la part de mémoire, de témoignage, d'oralité.

P. P. : Le programme exigeait une chronologie. Il prévoyait aussi des entrées thématiques : le travail, le logement, les luttes sociales, le partage, le sport, etc. Mais ces notions étaient détachées. Plutôt qu'un prologue qui dresse, une fois pour toutes, la chronologie des deux cents ans, nous avons préféré la distiller sur tout le parcours. Dans chaque partie thématique, des tables - très identifiées - redonnent la parole aux historiens, avec des repères chronologiques récurrents, des archives, du contexte. Répartis sur toute l'exposition, il y a 35 mètres de tables qui permettent cette lecture attentive. Ensuite, nous avons placé en vis-à-vis des éléments qui permettent des expériences beaucoup plus étonnantes.

L'association d'oeuvres d'art contemporain, par exemple ?

P. P. : Les oeuvres ont été choisies par le musée. Nous avons déterminé leur place, la façon dont on les appréhende, comment elles surgissent... Surtout, nous avons inventé des dispositifs pour mettre en scène la prodigieuse iconographie à notre disposition et permettre à la génération actuelle d'entrer en contact avec les générations passées, présentes sur ces photos. Nous les avons retravaillées, avons associé des images d'aujourd'hui, des objets, en jouant entre le documentaire et la fiction, ou encore les musiques, les paroles de chansons. Nous avons aussi créé un audioguide prototype : un outil universel qui permet tout à la fois de se synchroniser lorsque l'on est devant un écran et d'aller interroger des histoires singulières, des témoignages oraux, en pointant un objet ou un personnage...

Sur un sujet aussi sensible, avez-vous dû renoncer à certains projets ?

L. E. : A la fin de l'exposition, un espace présente une multitude d'objets de la culture contemporaine et les interroge dans une installation qui témoigne de la capillarité de la société. Nous voulions l'appeler "Le Bazar". Cela n'a pas été retenu. Mais ce "kiosque" existe. Nous souhaitions aussi solliciter des enfants d'immigrés, des passeurs de culture comme Jamel Debbouze ou Gad Elmaleh, pour raconter cette histoire de l'immigration. Pour les historiens, on sortait du sujet.

L'exposition parle de métissage, de luttes communes, et dresse le portrait assez clair d'une société multiculturelle en devenir. On est loin de l'approche du gouvernement actuel. Vous n'avez pas été inquiétés ?

P. P. : Ceux qui ont écrit ce programme ont choisi cette approche. Elle lui était consubstantielle. Nous-mêmes n'avons choisi aucune oeuvre, aucun contenu. N'oubliez pas que les historiens qui ont porté ce projet - et qui le portent toujours - ont démissionné pour protester contre la création d'un ministère de l'immigration et de l'identité nationale. Cet esprit se retrouve forcément dans la Cité.


Date de création : 10/10/2007 07:12
Dernière modification : 19/10/2007 15:48
Catégorie : Histoire
Page lue 2310 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


En bref / En marge

Depuis décembre 2006

   visiteurs

   visiteurs en ligne


La_Revue, n°6

La_Revue, n°5

La_Revue, n°4

La_Revue, n°3

La_Revue, n°2

La_Revue, n°1

Océan Indien - voire +

^ Haut ^

Responsable et coupable : Arnaud Sabatier

Rigoureuse mise en œuvre : Patrick Boissière

Amicale assistance technique : Richard Muller

Affectueuse hotline polyvalente : Timothée Sabatier

Avec le concours généreusement efficace d’Icare de chez GuppY

GuppY, un créateur de site très recommandable


  Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.8 seconde