« Terre qui vint à nous / Les yeux fermés / Comme pour demander / Qu'une main la guide. »,    Y. Bonnefoy

--- PRESENTATION ---

ECRIVAINS

2010-11 NORMAL

2009-10 DON ECHANGE

2008-09 LE GENRE

2007-08 LA VILLE

2006-07 LE POLITIQUE
+ 0. PRESENTATION
+ 1. Philosophie et politique
+ 2. Architecture & politique
+ 3. Sociologie & politique
+ 4. Théâtre & politique
+ 5. Entreprise et politique
+ 6. Psychanalyse (intro.)
+ 7. Psychanalyse politique
+ 8. Histoire et politique
+ 9. Economie et politique
+ I0. Art et politique

Brèves (archives)

Recherche





0. PRESENTATION - Citations

Rousseau, Contrat social

« Le vrai sens de ce mot [cité] s’est presque entièrement effacé chez les modernes ; la plupart prennent une ville pour une cité, et un bourgeois pour un citoyen. Ils ne savent pas que les maisons font la ville, mais que les citoyens font la cité », Rousseau, Contrat social, I, vi, note.

 

Jean-Christophe Bailly, La Ville à l’oeuvre

« Chaque ville parle son propre argot secret et contient en elle une ville clandestine qui la transperce en des mailles disséminées dont le flâneur reconstitue la trame. Qui n’est jamais entré dans une cour ne saura rien de Paris : ici le roman se déplie tout seul et monte les marches d’un escalier de service éreinté d’eau de Javel pour déboucher par des lucarnes sur la partition des toits », La Ville à l’œuvre, Les Éditions de l’imprimeur, 2001, p. 83.

 

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal

Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.

Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici :

Une atmosphère obscure enveloppe la ville,

Aux uns portant la paix, aux autres le souci,

 

Pendant que des mortels la multitude vile,

Sous le fouet du Plaisir, ce bourreau sans merci,

Va cueillir des remords dans la fête servile,

Ma Douleur, donne-moi la main ; viens par ici,

 

Loin d’eux. Vois se pencher les défuntes Années,

Sur les balcons du ciel, en robes surannées ;

Surgir du fond des eaux le Regret souriant ;

 

Le Soleil moribond s’endormir sous une arche,

Et, comme un long linceul traînant à l’Orient,

Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche.

 

Michel de Certeau, L’Invention du quotidien

« L’imaginaire urbain, ce sont d’abord les choses qui l’épellent. Elles s’imposent. Elles sont là, renfermées en elles-mêmes, forces muettes. Elles ont du caractère. Ou mieux, ce sont des “caractères” sur le théâtre urbain. Personnages secrets. Les docks de la Seine, monstres paléolithiques échoués sur les berges. Le canal Saint-Martin, brumeuse citation de paysage nordique. Les maisons-épaves [en 1982] de la rue Vercingétorix ou de la rue de l’Ouest, où grouillent les survivants d’une invisible catastrophe… De se soustraire à la loi du présent, ces objets inanimés acquièrent une autonomie. Ce sont des acteurs, des héros de légende. Ils organisent autour d’eux le roman de la ville. L’étrave aiguë d’une maison d’angle, un toit ajouré de fenêtres comme une cathédrale gothique, ces personnages mènent leur vie propre. Ils prennent à leur compte le rôle mystérieux que les sociétés traditionnelles accordaient au grand âge, qui vient de régions outrepassant le savoir. Ils témoignent d’une histoire qui, à la différence de celle des musées ou des livres, n’a plus de langage. De l’histoire, en effet, ils ont la fonction, qui consiste à ouvrir une profondeur dans le présent, mais ils n’ont plus le contenu qui apprivoise avec du sens l’étrangeté du passé. Leurs histoires cessent d’être pédagogiques ; elles ne sont plus “pacifiées” ni colonisées par une sémantique. Comme rendues à leur existence, sauvages, délinquantes. », L’Invention du quotidien. 2. habiter, cuisiner, Gallimard, Folio, 1994, p. 192-3.

 

Attila Cheyssial

« Les villes ne sont fondamentalement ni putes ni soumises, elles opposent aux histoires momentanées du narcissisme des hommes la violence humide et obscure de la naissance du monde ».

 

Cioran, Écartèlement

« Serf, ce peuple bâtissait des cathédrales ; émancipé, il ne construit que des horreurs », Écartèlement, Gallimard, 1979, p. 176.

 

Henri Gaudin, Seuil et d’ailleurs

« Les incessantes réglementations urbaines auront raison des plis de la ville. Au nom de la sécurité, de la salubrité, du droit cours de l’air, au nom de la clarté et tout compte fait de l’esthétique (est beau ce qui s’offre tout uniment), on trace des alignements, on élargit, on tire au cordeau. L’histoire des suppressions et des gommages prend son essor afin de ne pas faire obstacle à la perspective, de nettoyer les miasmes de la ville pour accorder au point de fuite, sur l’horizon, sa place.

L’espace disparaît dans la pleine lumière qui le submerge. Déplier les profondeurs, c’est assigner au secret son lieu, repousser l’intimité dans les intérieurs, enfermer l’obscurité dans les arrière-cours de la psychologie », Henri Gaudin, Seuil et d’ailleurs, les Éditions de l’Imprimeur, 2003, p. 134.

 

François Maspero, Les Passagers du Roissy-Express

« Plans verticaux : les barres. Plans horizontaux : le sol. Mais où est la troisième dimension ? [...] Où sont les cours, les recoins, la boutique dans son renfoncement ombragé, la lucarne du ciel où l’on voit passer les nuages et la queue du chat de la concierge, la terrasse paresseuse du café et son store qui nimbe les consommateurs de lumière orangée ? Cités aveugles. », Les Passagers du Roissy-Express, Seuil, 1990, p. 59.

 

Charles-Pierre Péguy, L’Horizontal et le vertical

« Dès les temps les plus reculés, les hommes n’ont pas seulement peuplé la Terre de leur présence physique, ils l’ont peuplée de leur imaginaire », L’Horizontal et le vertical, GIP RECLUS, 1996, p. 95.

 


Date de création : 06/11/2007 11:45
Dernière modification : 07/08/2009 09:00
Catégorie : 0. PRESENTATION
Page lue 4792 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


En bref / En marge

Depuis décembre 2006

   visiteurs

   visiteurs en ligne


La_Revue, n°6

La_Revue, n°5

La_Revue, n°4

La_Revue, n°3

La_Revue, n°2

La_Revue, n°1

Océan Indien - voire +

^ Haut ^

Responsable et coupable : Arnaud Sabatier

Rigoureuse mise en œuvre : Patrick Boissière

Amicale assistance technique : Richard Muller

Affectueuse hotline polyvalente : Timothée Sabatier

Avec le concours généreusement efficace d’Icare de chez GuppY

GuppY, un créateur de site très recommandable


  Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.79 seconde