« Tout livre digne de ce nom s'ouvre comme une porte, ou une fenêtre. »,   P. Jaccottet

--- PRESENTATION ---

ECRIVAINS

2010-11 NORMAL

2009-10 DON ECHANGE

2008-09 LE GENRE

2007-08 LA VILLE

2006-07 LE POLITIQUE
+ 0. PRESENTATION
+ 1. Philosophie et politique
+ 2. Architecture & politique
+ 3. Sociologie & politique
+ 4. Théâtre & politique
+ 5. Entreprise et politique
+ 6. Psychanalyse (intro.)
+ 7. Psychanalyse politique
+ 8. Histoire et politique
+ 9. Economie et politique
+ I0. Art et politique

Brèves (archives)

Recherche





Archi Urba Paysage - Jean-Pierre CHARBONNEAU

     Urbaniste, Jean-Pierre Charbonneau est conseiller en politiques urbaines et culturelles.

     Il nous a aimablement envoyé cet article inédit écrit à l’occasion de l’étude sur « l’espace public et le paysage urbain » menée dans le cadre du SCOT de Plaine Commune (a) de 2004 à 2006. Il y expose les principes qui ont présidé au traitement de cette question.

     L’espace public, hier peu pris en compte ou réduit à sa fonction technique de voierie, est aujourd’hui le cadre de projets souvent spectaculaires et partiels ; hier parking ou voies rapides, aujourd’hui places somptuaires ou aménagements monumentaux. Dans un cas comme dans l’autre, on oublie deux choses, la complexité, voire la contradiction des usages urbains d’une part, et, d’autre part, la dimension globale et contextuelle de l’espace public qui ne prend sens que rapporté à un territoire plus vaste, mais aussi à une histoire plus longue.

     Plus modeste, plus global, plus humain, l’urbanisme selon Jean-Pierre Charbonneau doit penser la ville non comme un contenant formel mais comme un organisme vivant, complexe, qui a une histoire et qui est doté de sens.

__________________

(a) Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) est un document public, prévu par la loi, qui regroupe les principales politiques menées par une communauté d’agglomération, ici Plaine Commune, pour programmer un développement durable du territoire. (Voir sur le site de Plaine Commune pour en savoir plus).

 

 

L’espace public

 

reflet de la complexité de la société urbaine

 

Jean-Pierre Charbonneau (& Chris Younès)

 

 

 

 

L’histoire de l’espace public est longue, autant que l’histoire des civilisations peut-être. Mais à présent, quelle en est l’actualité ? Hier il était seulement espace de fonction, à l’usage automobile pour l’essentiel, non géré, non entretenu, « décérébré » car dépourvu du sens dont il aurait pu être porteur, éloigné de l’idée qu’il pourrait constituer un patrimoine urbain autant que social. Aujourd’hui il est au centre des préoccupations urbaines, trop parfois. Chacun y va de son aménagement et l’on voit fleurir des mobiliers aussi colorés qu’éloignés du contexte dans lequel ils s’implantent. Des matériaux luxueux appareillés de manière exubérante décorent les sols, quand les voitures ne sont pas garées sur des dalles de calcaires, reflétant que l’on a choisi l’écume (le visible, le paraître) au détriment du fond (les usages, le sens y compris dans ses contradictions). À côté la plupart des rues ne sont pastraitées, les trottoirs sont encombrés, les carrefours sont calculés pour les passages des voitures, les places sont des parkings… Il existe en fait cette double croyance que les espaces publics ne sont que les places principales et que l’usage qui en est fait par les citadins concerne uniquement le loisir, le repos. On ne traite que la place de la mairie avec toutes les apparences de la qualité mais pas le reste qui continue à n’être que fonctionnel.

Or l’espace urbain est le territoire de la vie de la ville et de ses citoyens. C’est le lieu où l’on se détend mais aussi celui ou l’on se déplace, à pied ou en divers modes de transports : les bus, les trams, les automobiles, les vélos. L’on s’y rend à son travail ou on l’emprunte pour mener ses enfants à l’école ou pour aller faire ses courses. On y manifeste aussi à l’occasion de fêtes ou de grèves, il peut s’y exprimer la liesse ou la tristesse collective. Il est le lieu central emblématique d’une cité mais aussi tous les lieux et coins qui font le charme, la vie de ses quartiers.

L’on s’y rencontre mais l’on s’y confronte également car comme la société urbaine, l’espace public est fait de conflits, de contradictions entre des groupes de gens, entre des âges, des usages. Il est de ce fait soumis parfois à rude épreuve et l’on doit en tenir compte quand on l’aménage. Mais cela lui confère aussi le rôle positif de vecteur possible de l’apaisement des tensions qui traversent notre société.

Lieu d’usage, il est aussi un lieu de multiples fonctions. Tous les types de déplacements s’y retrouvent et il s’agit de les faire cohabiter en défendant les priorités politiques que la société se donne à un moment (aujourd’hui plutôt les vélos, les piétons et les transports en commun que les voitures). Mais une ville est un corps complexe et les espaces urbains en sont l’un des éléments qui en permet l’irrigation : les pompiers, les gestionnaires des multiples réseaux, les garants de la propreté, de la sécurité et bien d’autres en sont des utilisateurs légitimes ; les commerces, les équipements, les hôpitaux sont alimentés aussi grâce à eux ; les résidents en font usage… En fait l’espace urbain est loin de n’être qu’espace de représentation mais il porte en lui une part de la complexité de la ville, de sa richesse comme de ses difficultés. En ce sens travailler sur lui revient à aborder tous les thèmes de la matière urbaine : le commerce, l’habitat, les transports, la vie locale, l’économie, etc. C’est également aborder les contradictions de la société urbaine : le piéton et l’automobiliste, le jeune hyperactif et le vieillard fatigué, le commerçant souhaitant voir les automobiles au pied de sa porte et le représentant de résidents attentif à un site apaisé…

On voit alors que l’action publique n’est pas tant dans la seule réalisation d’aménagements somptuaires, symboliques et très localisés que dans la prise en compte de tout le territoire et de tous lesusages dans leur complexité.

C’est dans ce sens que l’équipe Charbonneau, Younès (1), Compagnie du Paysage a abordé la commande qui lui était passée d’étudier le thème de l’espace public et du paysage pour l’élaboration du SCOT de Plaine Commune (2). Les propositions couvrent tout le territoire et tous les sujets notamment les centralités, les liens et les lieux de la mobilité. En même temps elles invitent à aborder la complexité même des espaces et leur transformation comme une occasion de renforcement du lien social et elles déterminent des stratégies pour que l’action couvre le territoire mais avec des degrés de transformation adéquate, tenant compte des qualités déjà là et n’ajoutant que le nécessaire. C’est l’une des conditions pour un effet réel dans un temps acceptable.

 

 

_______________

 

(1)  Chris Younès, psychologue et philosophe, enseigne à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-La Vilette. Elle est la fondatrice et directrice du Gerphau (Groupe d’étude et de recherche Philosophie, architecture, urbanisme). Dernier ouvrage, Habiter, le propre de l’humain. Villes, territoires et philosophie, (codir. avec Thierry Paquot et Michel Lussault), Éditions de la découverte, 2007, 392 p.

(2) La Plaine commune est une communauté d’agglomérations : Aubervilliers, Épinay-sur-Seine, La Courneuve, L’Île-Saint-Denis, Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis, Stains et Villetaneuse. Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) est un document d’urbanisme, il précise et assure la mise en cohérence des politiques sectorielles menées en matière d’habitat, de déplacements, d’équipement commercial ou d’environnement. Celui de Plaine Commune comportait, entre autres, trois études : 1- La Plaine Commune en Région parisienne ; 2- La formation historique du territoire comme point d’appui de son développement ; 3- L’espace public et le paysage urbain : travail sur la définition d’une trame paysagère et urbaine générale reflétant la variété de l’espace communautaire à différentes échelles.

 

 

 

Pour citer cet article

Jean-Pierre Charbonneau, « L’espace public, reflet de la complexité de la société urbaine », (2006), www.lrdb.fr, mis en ligne en mai 2008.


Date de création : 07/05/2008 14:53
Dernière modification : 07/05/2008 14:53
Catégorie : Archi Urba Paysage
Page lue 4469 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


En bref / En marge

Depuis décembre 2006

   visiteurs

   visiteurs en ligne


La_Revue, n°6

La_Revue, n°5

La_Revue, n°4

La_Revue, n°3

La_Revue, n°2

La_Revue, n°1

Océan Indien - voire +

^ Haut ^

Responsable et coupable : Arnaud Sabatier

Rigoureuse mise en œuvre : Patrick Boissière

Amicale assistance technique : Richard Muller

Affectueuse hotline polyvalente : Timothée Sabatier

Avec le concours généreusement efficace d’Icare de chez GuppY

GuppY, un créateur de site très recommandable


  Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.79 seconde